Canaris

La patience d’élevage des canaris de couleur

Le miracle de l'élevage des canaris de couleur

Le miracle de l’élevage des canaris de couleur …
et les secrets de La patience d’élevage des canaris de couleur …

L’élevage de canaris de couleur peut être très amusant. C’est un événement glorieux de voir les œufs se développer et éclore en minuscules créatures qui commencent immédiatement à mendier de la nourriture. On peut parler d’instinct, mais on préfère voir dans un tel comportement le pouvoir de Dieu qui donne la vie et qui dirige chaque étape, de la pulsion d’accouplement à la construction « instinctive » du nid parfait, à l’incubation des œufs, à leur retournement périodique pour qu’ils soient uniformément réchauffés, à la réalisation que la petite bouche ouverte qui vient d’éclore doit être nourrie. Le plus étonnant est de voir de nouvelles femelles, qui n’ont jamais été exposées à un exemple de ce comportement, savoir « instinctivement » quoi faire et continuer à élever un nid complet de petits canaris, parfois jusqu’à six. Nous avons élevé de nombreuses femelles qui avaient dix mois lorsqu’elles sont devenues mères et nous ne cessons d’être étonnés par la perfection de leurs actions, le tout sans tuteur, livre ou même vidéo.

Directives générales pour l’élevage par types de plumes

L’élevage responsable est très important pour la création de canaris de qualité. Examinez vos oiseaux pour les caractéristiques que vous voulez reproduire et pour les traits que vous ne voulez pas avoir dans votre progéniture. Ne vous reproduisez pas pour vous débarrasser de ces traits, vous ne ferez que les propager. Rassembler pour améliorer ce qui est le mieux. L’élevage est un plaisir et une aventure, mais n’oubliez pas que vous aurez rapidement besoin de plus de cages et qu’à moins de vouloir tous ces oiseaux, vous devrez leur trouver un foyer. Il est recommandé de ne pas élever de canaris à plumes dures (intensif à intensif). Le meilleur couple est celui d’un canari à plumes douces (gel) et d’un canari à plumes dures (intensif). Deux oiseaux à plumes douces peuvent être accouplés l’un à l’autre. Il est également important de garder les couleurs aussi pures que possible. N’accouplez pas le facteur jaune au facteur rouge car les deux traits seront dilués. Il s’agira d’élever des oiseaux mélaniques à des oiseaux mélaniques et des oiseaux clairs à clairs ou panachés. Apprenez les règles de l’élevage (et vous saurez alors pourquoi et quand les enfreindre).

En général, la femelle pond de 4 à 6 œufs mouchetés (un par jour). Le dernier œuf est un peu plus bleu. L’éclosion sur la gauche, qui se débat pour sortir de la coquille, est un canari à facteur rouge. Quelques minutes plus tard, elle mendiait de la nourriture. Peu de temps après l’éclosion, le duvet se dessèche et les bébés poilus mendient de la nourriture.

L’incubation dure 13 jours et demi. En général, Les femelles commencent l’incubation 24 heures sur 24 lorsqu’elles ont pondu leur troisième œuf. C’est à ce moment qu’on commence le compte à rebours jusqu’au jour où le premier œuf a le plus de chances d’éclore. Parfois, plusieurs bébés éclosent en quelques heures, ou il peut y avoir un jour ou deux sans éclosion.

Laissez les œufs non éclos dans le nid pendant 3 à 5 jours pour offrir un soutien aux nouveaux bébés, surtout s’il n’y a qu’un seul bébé. Attendez 3 à 4 jours après la dernière éclosion avant de vous débarrasser des œufs non éclos, à moins que vous ne les ayez bouchés et que vous sachiez qu’ils sont stériles ou non viables.

A 48 heures, ce canari en bronze a l’air très étrange ! Cependant, elles poussent très vite, et le 17è jour, elle a pris son premier vol court. Au 30è jour, elle était complètement sevrée et a continué à grandir pendant plusieurs semaines. À six mois, les canaris sont adultes.

En fonction du taux de croissance, on pratiquons un bandage à jambe fermée du 5è au 7è jour. Elle identifie les oiseaux avec les initiales, L’année de naissance et leur attribue un numéro. De cette façon, des registres sont tenus sur chaque oiseau, et nous savons quelque chose sur les traits génétiques de chaque oiseau.

L’accouplement

Il existe de nombreuses recommandations élaborées concernant la meilleure façon de mettre les oiseaux en état de s’accoupler. Il est recommandé de les placer dans des cages séparées et d’établir un programme très détaillé pour ajuster les lumières différemment pour les mâles et les femelles. D’autres sont aussi simples que de les mettre dans une cage divisée jusqu’à ce qu’ils montrent des signes de comportement d’accouplement, ce qui se produira au printemps lorsque les heures de lumière du jour augmenteront. Lisez diverses recommandations, puis apprenez à connaître vos oiseaux et adaptez-vous à ce qui fonctionne le mieux pour vous. Vous devez déterminer si vous allez utiliser des lumières artificielles et « pousser » l’élevage, ou si vous allez rester à la lumière du jour et suivre la nature de plus près.

La-patience-d'élevage-des-canaris-de-couleur-02

En général, il n’y aura pas d’accouplement tant que le nombre d’heures de jour n’aura pas atteint 12 – 12 1/2. On utilise cette méthode pour préparer les oiseaux à l’accouplement. Ils proposent ensuite une alimentation variée et conditionnent des aliments comme la Pentamine et une quantité accrue de légumes verts. Comme pour le mâle, certains oiseaux ont une forte attirance pour certains oiseaux et une aversion pour d’autres au sein de la même espèce. S’ils s’aiment bien, ils s’accoupleront immédiatement. Une expérience intéressante dans une volière a été l’année dernière, lorsque il y avait eu des mâles dans une cage de vol et des femelles dans une autre qui ne pouvaient pas se voir. Les lumières venaient d’être augmentées de façon spectaculaire sur une période de deux semaines (ce qui était plus rapide que ce qui était recommandé, mais les oiseaux avaient signalé qu’ils étaient prêts même s’ils étaient en hiver). On a remarqué qu’un mâle particulier chantait et qu’une certaine femelle répondait par un pépiement. Ils ne pouvaient pas se voir. on n’étais pas encore prêt à les élever (mais les oiseaux l’étaient), alors On a pris une cage d’élevage double et de mettre de chaque côté de la cloison pour qu’ils puissent faire connaissance et finalement, quelques semaines plus tard, ils s’accoupleraient. Les oiseaux ont eu une autre idée parce que on a placé le mâle, puis la femelle, et qu’ils recevaient la cloison (oui, on a fait dans l’ordre inverse), lorsqu’ils s’accouplaient. Il a fallu moins de 10 minutes pour qu’ils se voient ! Tous deux en étaient à leur première expérience puisqu’ils avaient moins d’un an. On a dû se dépêcher de leur donner un nid et du matériel de nidification et se préparer pour les bébés en avance sur ce que notre propre calendrier avait prescrit. La femelle a ensuite pondu six œufs, et pendant cette saison, elle a eu trois séries de poussins avec près de 100 % d’éclosions. C’été difficile de l’empêcher de pondre à l’approche de l’été.

D’autre part, avec un autre couple reproducteur, la femelle a vécu avec le mâle pendant plusieurs semaines jusqu’au jour où elle l’a accepté et a construit son nid. Elle ne voulait se reproduire que deux fois dans une saison. Elle l’a fait pendant trois années consécutives. Les autres femelles, n’acceptent pas un mâle particulier quoi qu’il arrive. Apprenez à connaître vos oiseaux et adaptez-vous en conséquence. Laissez-les à l’écart et disposez d’une double cage avec un séparateur au cas où ils se battraient. Vous pouvez alors laisser le mâle la faire passer par le diviseur et vous verrez des signes qui vous permettront de juger quand le moment sera venu de retirer le diviseur. Le mâle qui la nourrit à travers les barreaux et la femelle qui prend la position d’accouplement lorsque le mâle chante, déchire le papier et transporte le matériel de nidification sont des signes de préparation. Le plus souvent, lorsque les lumières atteignent leur point et déclenchent les hormones nécessaires au comportement d’accouplement, placez la femelle dans la cage du mâle et laissez la nature suivre son cours, mais attention aux combats extrêmes (pas seulement aux petites querelles) et séparez-vous un moment si cela se produit.

Nidification

La-patience-d'élevage-des-canaris-de-couleur-01

On utilise 12,7 cm Nid d’oiseau de reproduction fait à la main avec une corde en coton. Vous pouvez en voir des exemples sur les photos. Nous soutenons généralement le nid soit en le faisant reposer sur un support métallique, soit en l’attachant au sommet de la cage avec un crochet et une ficelle par le milieu avant, tout en fixant les crochets à l’arrière, à travers les barreaux de la cage. Ces nids peuvent basculer s’ils ne sont pas correctement fixés et nous n’aimons pas que les œufs s’écrasent sur le sol de la cage lorsque les oiseaux deviennent trop difficiles ou négligents. Le matériel de nidification peut être acheté ou créé à partir de morceaux d’un sac en toile de jute, de ficelles coupées à moins de 5 cm, de morceaux de serviettes en papier et de journaux, et de morceaux de coton. On utilise souvent de la mousse douce vendue dans les magasins d’artisanat. Placez le nid dans la cage et laissez les oiseaux travailler sur le nid. Si au moment où elles commencent à pondre, le nid est en désordre ou si elles ne peuvent pas en construire un bon, aidez-les un peu.

Certains livres recommandent de retirer les œufs au fur et à mesure de leur ponte et de les remplacer par de faux œufs jusqu’à ce que l’oiseau ait fini de pondre, puis de remettre les vrais œufs lorsque la poule commence à couver. Nous ne suivons pas cette méthode, en général. Nous constatons que les femelles commencent à s’asseoir sur les œufs sans interruption autour du troisième œuf, et la plupart des œufs semblent éclore assez près les uns des autres. Si les œufs sont retirés, ils doivent être aérés et retournés plusieurs fois par jour. Il est facile de les oublier ou de les endommager accidentellement. Nous faisons des exceptions individuelles si la femelle détruit continuellement le nid afin de le reconstruire et a tendance à enterrer les œufs sous le nid. Nous les remplaçons ensuite temporairement jusqu’à ce qu’ils aient perfectionné le nid et se soient installés.

La femelle s’assoit généralement seule sur les œufs pendant que le mâle la nourrit. Cependant, ce couple d’oiseaux était hilarant. Le mâle, Sunshine, aimait s’asseoir sur les œufs pendant que la femelle était dehors pendant quelques minutes, et elle a dû le mettre dehors. Lorsqu’elle s’installait, il s’asseyait sur elle.
Ces cinq canaris dans ce nid sont des Opales. Les trois qui font face à l’avant sont des mâles au bec et aux pattes foncés, et les deux plus clairs sont des femelles. L’un des mâles a grandi et est devenu Lemon.

Élevage

La-patience-d'élevage-des-canaris-de-couleur-03

Notre pratique consiste à laisser le mâle à l’intérieur du parc dès l’accouplement et jusqu’au sevrage des poussins. A moins que le mâle ne doive féconder une autre femelle, ils restent ensemble. Il nourrit généralement la femelle pendant qu’elle s’assoit sur le nid et aide à nourrir les oisillons. On n’offrons pas d’œufs pendant la période d’incubation car cela implique une baisse de la température d’incubation. Cependant, dès que la première éclosion a lieu, On propose des aliments mous comme un aliment commercial à base d’œufs pour l’élevage, ou des biscuits aux œufs faits maison, et des graines germées, ainsi que des aliments sous forme de pellets. On laisse une variété de nourriture dans la cage, de sorte qu’il n’y a pas de temps où les parents sont sans rien. Les brocolis et le maïs ne sont offerts qu’après le baguage des poussins.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page