Comment rendre son chien méchant ?

Voici comment nous créons l'agression des chiens

Plusieurs facteurs rendre son chien méchant, mais dans l’impossibilité d’éviter les situations à risque? Faites porter une muselière panier à votre chien dans les contextes qui peuvent déclencher son agressivité: Certaines muselières, comme celles en tissu, empêchent l’animal de respirer la gueule ouverte et ne sont pas conçues pour être portées longtemps.

Par la suite, comment apprendre à son chien à défendre son maitre ? Demandez à un membre de votre famille de lui donner le même ordre. Une fois que votre chien sera à l’aise avec l’ordre d’aboyer, faites en sorte qu’il apprenne à le faire avec une autre personne. Demandez à un membre de votre famille de sortir et de frapper ou sonner à la porte.

Les gens demandent aussi, comment rendre un chien méchant et agressif ? Que vous allez souvent lui permettre de se retirer, de se reposer pour mieux revenir par la suite. Qu’une MONTAGNE de friandises lui sera donnée CHAQUE fois. Que vous ne devrez JAMAIS avoir peur de cesser une activité si vous notez des signaux de stress.

À cet égard, comment faire pour avoir un chien méchant ? Demandez à un ami de donner de la nourriture à votre chien et donnez-lui l’ordre « stop pas manger ». Mettez la nourriture devant lui et ordonnez-lui de ne pas la toucher en disant « pas bouger ». En répétant la séance plusieurs fois, c’est dans la poche.

Vous avez demandé, qu’est-ce qui peut rendre un chien agressif ? Un chien agressif peut adopter ce comportement pour plusieurs raisons : il a peur, il veut protéger son territoire, il est frustré ou anxieux, il veut protéger ses chiots ou il exprime son instinct de chasseur.

Comment rendre son chien méchantLa plupart des gens ne veulent pas créer un chien agressif, peut-être un chien protecteur, mais il s’agit d’un tout autre article sur la création d’un chien qui intimide les gens.

Mais parfois, nous, humains stupides, faisons des choses à nos chiens qu’ils ne comprennent pas, ou qui, pour eux, engendrent clairement de l’agressivité, car si nous attendons de nos chiens qu’ils nous comprennent et apprennent notre langage, nous apprenons rarement le leur !

Ces derniers temps, de nombreux commentaires concernant des chiens laissés à l’attache, à l’attache, à la longe ou à la chaîne (je déteste, je déteste, je déteste les chaînes qui indiquent une attache permanente pour moi, mais peu importe comment vous voulez le dire) et qui deviennent excessivement agressifs ; « sans raison apparente ».

Alors décomposons cela

Ce que pense le propriétaire du chien

Je veux mettre/laisser mon chien dehors mais j’ai du mal à le contenir.
Je ne veux pas laisser mon chien à l’intérieur pendant mon absence.
Mon chien mâchouille des objets, je dois donc le laisser dehors (ce qui, malheureusement, devient permanent).
Mon chien a besoin d’être dehors.
Les caisses sont inhumaines ; je préfère laisser mon chien dehors pour qu’il puisse faire de l’exercice.

Ce que pense le chien

  • Au début : Wooo Whoooo Je suis dehors ! !!
  • Pourquoi suis-je attaché ?
  • Pourquoi je ne peux pas m’échapper ?
  • Qu’est-ce que j’ai fait de mal ?
  • Je m’ennuie… je vais peut-être aboyer pour me divertir.
  • C’est MON territoire ! !!
  • … C’était quoi ce bruit ?
  • …. Qui est-ce ?
  • …. GRRRRR BARK Eloigne-toi de moi personne que je ne connais pas… !!!!
  • J’ai tellement peur, pourquoi suis-je seul et attaché ? ?
  • Pourquoi personne ne vient plus me rendre visite ? Où sont mes proches ?
  • Regarde, mes aboiements font fuir les gens ! C’est un jeu amusant !

L’attache crée souvent de l’agressivité, même chez un chien normalement social.

Comment rendre son chien méchantJe pourrais prendre un chien normal et très sociable et l’attacher à un arbre ou à un poteau pendant plusieurs jours et vous pourriez voir son comportement et sa sociabilité se détériorer très rapidement. Certains chiens, dans des zones à fort trafic, peuvent devenir très agressifs très rapidement.

Il est frustrant, déroutant et parfois très effrayant d’être attaché et d’avoir l’impression de ne pas pouvoir s’échapper !

Ainsi, au début, lorsqu’il voit une personne, il peut être simplement frustré de ne pas pouvoir l’approcher et se faire caresser.

Comment rendre son chien méchantEnsuite, il est confus. Pourquoi ne peut-il pas atteindre cette personne ? Pourquoi la personne ne s’arrête-t-elle pas pour lui parler et le caresser ? Pourquoi les gens continuent-ils à passer devant lui ? Qu’est-ce qui ne va pas avec les gens ?

La confusion mène à l’agitation et à l’irritation car il continue à se poser ces questions.

Maintenant, admettons que certaines personnes, en particulier les enfants, aiment taquiner un chien attaché.

Ces taquineries entraînent davantage de frustration et d’agitation, ce qui conduit rapidement à l’agression.

Très vite, il suffit de voir quelqu’un passer pour que le chien se mette sur la défensive et s’irrite.

Et rappelez-vous, il s’agissait d’un chien normalement social.

Imaginez maintenant un chien nerveux ou craintif, ou un chien déjà agressif… et vous avez une recette plus rapide pour un désastre.

A lire  Comment joue-t-on avec un pigeon?

Ce que les gens ne réalisent pas

Comment rendre son chien méchantLes chiens sont facilement stimulés visuellement (par presque tout… les écureuils, les enfants, les gens, les sacs qui passent) et lorsqu’ils se rendent compte qu’ils sont coincés au même endroit, ils deviennent facilement frustrés.

La frustration conduit à l’aboiement, qui conduit souvent à d’autres aboiements et bientôt à l’agression.

En d’autres termes, le chien n’aurait peut-être pas vu l’écureuil à trois maisons de là, mais il s’ennuie et commence à remarquer tout ce qui se passe autour de lui.

Le chien a l’impression qu’il n’a nulle part où aller, qu’il n’a aucun moyen de s’échapper et la plupart des chiens sont territoriaux (c’est pourquoi ils aboient férocement lorsque quelqu’un se présente à la porte).

Les chiens ne veulent pas, et n’ont pas besoin d’être constamment surstimulés comme ça ! Ce type de surstimulation constante conduit à un chien avec de sérieux problèmes d’agression et de surexcitation. C’est comme une personne souffrant du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) : le chien finit par vivre dans un état presque constant de panique et de surstimulation parce qu’il se sent bombardé et attaqué presque continuellement.

Même un chien laissé à l’extérieur dans une zone clôturée par des chaînes peut développer certains de ces problèmes, mais au moins il a l’impression de pouvoir mieux se protéger car il n’est pas attaché !

Quels sont les besoins réels d’un chien ?

Comment rendre son chien méchantPersonnellement, je ne crois pas qu’il faille laisser les chiens dehors en votre absence ; trop de choses négatives peuvent se produire. Et, en tant que dresseur de chiens professionnel, j’ai appris que les chiens laissés dehors aboient souvent et que les chiens qui aboient s’empoisonnent très souvent (vous ne croiriez pas combien ! !).

J’aime laisser mes chiens à la maison, soit en liberté dans la maison s’ils ne risquent pas de s’attirer des ennuis (mais avec les volets fermés pour qu’ils ne se stimulent pas trop).

Ou dans une cage où ils se sentent en sécurité et où ils ne sont pas trop stimulés.

Une cage est un endroit où il peut se détendre, dormir et peut-être mâcher un os jusqu’au retour de la famille. En étant laissé dans une cage, vous ne vous inquiétez pas de savoir qui arrive dans l’allée ou ce qui se passe autour de vous.

Ces attaches, ne sont pas totalement mauvais !

Comment rendre son chien méchantLes attaches sont des moyens parfaitement acceptables pour retenir votre chien SI VOUS ÊTES PRÉSENT avec lui !

Je ne parlerai même pas de la fréquence à laquelle les chiens s’en détachent, ou s’étranglent à mort avec eux, ni du fait que les laisser vivre en permanence sur l’un d’eux est cruel et abusif !

Les nœuds d’attache et les attaches sont destinés à restreindre la liberté de votre chien pendant que vous êtes avec lui, mais pas à le laisser dessus pendant une longue période.

Comment rendre son chien méchantJ’utilise mes attaches à des fins de dressage (pour les pousser à aboyer, pour cet article, cliquez ici).

Je les utilise également lorsque je vais au parc avec ma famille et mes amis pour garder mon chien dans une zone spécifique si je dois ou ne peux pas lui faire confiance sans laisse.

J’utilise même des attaches dans ma maison pour contenir les chiens fous afin qu’ils ne poursuivent pas les chats ou ne se battent pas.

Mais, je ne les laisse JAMAIS seuls ou sans surveillance sur une attache. Cela n’en vaut tout simplement pas la peine pour moi !

Je ne veux pas d’un chien agressif… ou mort !
Vous voulez apprendre comment éradiquer presque TOUS les comportements agressifs de votre chien ?

 

Autrement dit : Voici comment nous créons l’agression des chiens

C’est arrivé si vite que mon cerveau de 9 ans n’a pas enregistré la morsure.

Enfin, jusqu’à ce que le sang suintant de mon poignet coule sur le parquet et que les cris de peur de mes amis résonnent dans les murs.

Le Doberman était rapide et j’ai eu de la chance.

J’ai eu de la chance qu’il n’ait pas eu l’envie de me faire du mal.

Il n’a visé que mon poignet, alors que mon visage était à quelques centimètres du sien. L’espace personnel n’était pas une chose pour laquelle j’avais beaucoup de respect à 9 ans. Ce doberman aurait pu faire bien pire.

Le chien a simplement réagi, comme n’importe qui le ferait, au fait qu’une bande de gamins hurlants et surexcités l’ait coincé dans un hall sombre d’un bâtiment ressemblant à un immeuble d’habitation.

Notre première erreur a été de l’amener dans ce hall sombre.

Dans un élan d’excitation excessive en croisant un chien errant, nous avons désespérément essayé de lui faire prendre du pain de nos mains.

Et par « essayé », je veux dire que nous avons pratiquement forcé le pain dans sa bouche. Je ne sais toujours pas d’où venait le pain, mais c’était notre deuxième erreur.

Aucun d’entre nous n’avait de chien à la maison. L’apparition soudaine d’un doberman par un après-midi d’été tranquille dans une rue du Queens, à New York, a été une heureuse surprise qui nous a fait sortir de notre ennui quotidien.

Nous étions jeunes et ivres de joie. Un chien avec lequel on pouvait jouer et faire ce qu’on voulait. Et pour couronner le tout, aucune surveillance d’adulte.

Les adultes étaient tous à l’intérieur pendant que moi, et mon groupe d’amis turbulents, attirions le doberman peureux par la porte d’entrée du bâtiment.

C’était notre plan et nous l’avons exécuté magistralement.

Une fois à l’intérieur, nous l’avons encerclé avec nos corps, l’empêchant ainsi de s’enfuir. Nous pensions être habiles. Avec le recul, je sais maintenant qu’en ne lui donnant pas d’issue de secours, ou un moyen de s’enfuir, nous ne faisions qu’ajouter à son stress.

Nos intentions étaient bonnes. Nous n’avons jamais envisagé que le chien pourrait nous percevoir comme des menaces dans un espace confiné.

Si seulement nous l’avions su.

Nous aurions pu bénéficier grandement de l’intervention d’un adulte expérimenté ou d’un dresseur de chiens.

A lire  Comment habituer un chat avec un chaton?

Elle aurait pu nous mettre en garde.

Non pas que nous aurions écouté. Les adultes n’avaient aucune crédibilité si vous étiez un enfant qui grandissait à New York dans les années 70.

Mais si nous avions écouté, nous aurions peut-être compris que nous nous aventurions sur un terrain dangereux.

Le dresseur nous aurait dit que le langage corporel du chien traduisait l’insécurité, la confusion, le stress et la peur. Qu’il ne prenait de la nourriture que parce qu’il avait faim, ayant peut-être erré dans les rues à la recherche d’un repas.

En le coinçant dans le hall, nous avons intensifié ses craintes. Qu’en l’entourant, nous le mettions en mode combat ou fuite. Que nous poussions dangereusement vers son seuil.

Et qu’en nous rapprochant de lui, sans lui permettre de s’échapper, nous ne lui donnions qu’une seule option. Une option violente.

Cette rencontre ne m’a pas fait fuir les chiens, évidemment.

J’ai grandi avec un niveau plus profond de respect et d’appréciation que j’aurais pu avoir autrement. Mais je porte toujours la marque sur mon poignet. Comme un talisman qui m’a porté chance avec les chiens, mais qui m’oblige à ne jamais oublier.

Maintenant, voici le point clé de cette histoire…
C’était ma faute.

Le doberman n’était pas un chien démoniaque qui apparaissait mystérieusement devant des enfants innocents pour leur faire du mal.

C’était probablement un chien perdu, confus, affamé et stressé qui a eu la malchance de tomber sur un groupe d’enfants indisciplinés qui ont ajouté à son stress et à sa tension.

C’est moi qui ai poussé le chien jusqu’au point de rupture, ou au-delà du seuil. J’ai pénétré dans son espace personnel. J’ai tendu mes mains vers son visage à plusieurs reprises. J’ai ri bruyamment. Je l’ai coincé dans un espace sombre.

C’était il y a longtemps et ma compréhension a clairement évolué, mais ce n’est pas la même chose pour tout le monde.

Je suis toujours étonné par le niveau d’ignorance dont nous faisons preuve lorsqu’il s’agit du comportement et de la psychologie de nos chiens. Nous les amenons dans nos maisons et dans nos vies, mais nous choisissons de ne pas être éduqués et informés de leurs besoins et de leurs comportements. Beaucoup d’entre nous s’accrochent à des idées très obsolètes à leur sujet.

Ce que nous savons est généralement glané dans des émissions de télé-réalité ou dans des règles d’or surannées basées sur des ouï-dire et des informations de seconde main.

Comme la voisine fouineuse qui arrive à peine à contrôler ses enfants mais qui s’empresse de vous donner des conseils sur la meilleure façon d’élever les vôtres. Vous connaissez le genre.

Peu d’entre nous comprennent vraiment ce qu’est l’agression canine, et encore moins comment nous contribuons à sa formation.

Voici un élément important à garder à l’esprit :

L’agression chez les chiens est presque toujours provoquée par un sentiment d’insécurité et/ou de peur. Les chiens n’agissent pas sur la défensive simplement parce qu’ils ne vous aiment pas personnellement. L’agressivité n’est pas non plus de nature malveillante. L’agressivité est une réaction à un stress excessif, généralement provoqué par la perception d’une menace qui suscite la peur et oblige le chien à adopter un comportement défensif. Relisez cela.

Il y a toujours un déclencheur pour ces actions, ce qui rend le comportement spécifique et non généralisé.

En d’autres termes, le chien réagit à un certain stimulus dans son environnement et ne manifeste pas un comportement agressif au hasard.

Il n’existe pas d’agression aléatoire ou d’agression survenant « à l’improviste ». Il y a toujours une raison et une cause. Il s’agit seulement de savoir si les maîtres-chiens sont capables ou non d’identifier ces déclencheurs.

C’est ainsi que l’on crée un chien agressif :

1. Nous ne socialisons pas le chien de manière adéquate ou appropriée.

La socialisation est la chose la plus importante que vous puissiez faire pour votre chien dès le début de sa vie.

Un manque de socialisation peut faire en sorte que votre chien commence progressivement à être troublé et stressé par des vues, des sons, des environnements, des chiens, des humains, etc. qui ne lui sont pas familiers.

Si la chose est nouvelle et que votre chien n’a aucune expérience en la matière, il y a de fortes chances que votre chien sous-socialisé se sente mal à l’aise en sa présence.

Les comportements agressifs trouvent souvent leur origine dans la peur, la méfiance et l’insécurité face à ce qui n’est pas familier. Une fois que le chien a formé des associations négatives avec des stimuli inconnus, elles peuvent facilement commencer à s’installer dans l’esprit de votre chien, rendant les associations négatives difficiles (voire impossibles) à défaire.

Si vos efforts de socialisation sont insuffisants, vous risquez de le payer pour le reste de la vie de votre chien.

2. Nous isolons ou confinons le chien pendant de longues périodes

Ce problème est lié à un manque de socialisation.

Le chien de compagnie moyen mène une vie très restrictive. Des caisses, la plupart du temps à l’intérieur, des barrières pour bébé, des laisses, etc. Ces mesures sont nécessaires pour la sécurité publique, mais il est indéniable qu’une telle existence peut avoir des effets néfastes sur le psychisme du chien.

Un chien ayant une expérience très limitée du monde peut se sentir suspect et peu sûr de lui lorsqu’il découvre enfin le monde réel.

3. Nous ne faisons pas en sorte que le chien se sente en sécurité

Les chiens, comme les humains, ont toujours besoin de sécurité. Plus un chien est anxieux et craintif, plus il a envie de se sentir en sécurité.

C’est à nous qu’il incombe de lui offrir un monde sûr, fait de routine, de structure, d’environnements sûrs, d’humains sûrs et de cohérence dans la façon dont il est traité et manipulé.

En d’autres termes, il faut rendre la vie des chiens extrêmement prévisible. La prévisibilité est synonyme de sentiment de sécurité, car elle est stable et fiable.

À l’inverse, vous pouvez créer un comportement défensif.

A lire  Comment mesurer un chiot?

Rendez la vie imprévisible, stressante et continuellement pleine de tension et vous finirez par voir un chien qui atteint rapidement son seuil.

4. Nous ne fournissons pas de lieux sûrs à nos chiens.

Ceci fait suite au point 3. Les chiens se crispent et se stressent dans certaines situations. Par exemple, lors des visites de la famille, lorsque vos odieux neveux et nièces viennent faire des ravages dans votre maison et ennuyer votre chien.

Les endroits sûrs sont des zones où le chien se sentira plus à l’aise et moins anxieux face à son environnement.

Il peut s’agir d’une cage, d’une chambre ou de tout autre endroit de la maison où il peut généralement être seul. Pendant ces périodes, il ne faut pas ignorer le besoin de sécurité de votre chien.

Lorsqu’ils en ont la possibilité, les chiens s’éloignent généralement des situations et des environnements stressants ou qui suscitent la peur. Si vous lui enlevez cette possibilité, votre chien peut très bien réagir de manière défensive à un stress trop important. Vous savez, c’est le principe de la lutte ou de la fuite.

5. Fermez les yeux sur les signes avant-coureurs

La beauté des chiens, c’est qu’ils nous disent toujours ce qu’ils ressentent. Il est impossible de cacher leur état émotionnel.

Le stress et la joie se manifestent tous deux de la même manière dans le corps d’un chien, tout comme une myriade d’autres états émotionnels et mentaux. Pourtant, lorsque nous n’apprenons pas ces signaux corporels ou, pire encore, lorsque nous fermons les yeux sur les signes de détresse, nous commençons à fonctionner dans l’obscurité. Incapables de lire les signes qui pourraient nous aider à atténuer le stress.

La capacité à lire le langage corporel de votre chien est tout aussi importante que sa socialisation. Le retour sur investissement de vos efforts peut changer votre vie et celle de votre chien.

Conclusion

On a beaucoup appris en travaillant avec les chiens et leurs humains au cours des dix dernières années, mais une chose essentielle ressort : l’idée et la compréhension que la plupart des agressions chez les chiens de compagnie sont évitables.

Voir aussi :

Comment punir un chien qui a mordu ?

En collectivité, il y a de fortes chances que, mordu par un autre chiot, il s’en rende compte par lui-même ! Une technique consiste, lorsque l’on joue avec lui avec les mains et qu’il mord, à pousser un gémissement aigu ou à lui ordonner d’arrêter.

Comment savoir si mon chien va me défendre ?

Ainsi, un chien de garde, un chien sécurisant va se montrer par nature plus protecteur, plus méfiant face à des inconnus. Il essaierai sans cesse de protéger ses intérêts, ses proches face à l’inconnu. Et cela se verra notamment par le fait d’aboyer envers des inconnus, des passants ou d’autres animaux.

Comment éduquer son chien en seulement 15 minutes par jour ?

C’est dans cette optique que Caroline Lange a développer sa méthode d’apprentissage, et son livre « Dressez votre chien en 15 minutes par jour ». Ce n’est pas une promesse farfelue, c’est un fait. 15 minutes par jour, utilisées de manière consistante, suffisent à apprendre n’importe quoi à n’importe quel chien !

Comment faire du mordant avec son chien ?

Tout d’abord, sachez qu’en France, il est interdit de dresser un chien au mordant/à l’attaque, sans être déclaré à la préfecture. L’éducateur canin qui vous apprendra à pratiquer la discipline du mordant devra être détenteur d’un certificat de capacité au mordant.

Comment faire un bon chien de garde ?

La première étape sera donc d’éduquer votre chien et de le rendre obéissant. Avant d’apprendre à monter la garde, votre chien doit être capable de répondre à l’ordre « pas bouger », de ne pas manger sans votre autorisation ou encore de cesser d’aboyer quand vous le lui demandez. Il doit aussi être un animal social.

Comment apprendre à son chien à ne pas manger ?

Voici comment vous devez procéder : commencez par présenter un appât au chien et demandez-lui de le prendre ; recommencez ; encore une fois puis une dernière. Maintenant présentez la friandise au chien et juste avant dites : « laisse » ou « pas toucher » ou tout autre ordre à votre convenance.

Comment faire pour que mon chien soit moins peureux ?

Disposez par exemple une friandise ou un bâton à mâcher à une distance raisonnable de l’objet en question. Le fait de mâcher longtemps une friandise à cet endroit permet au chien de se détendre davantage. Jouer à la même distance de l’objet anxiogène peut également être utile, pour combattre la peur du chien.

Pourquoi un chien peut mordre son maitre ?

Défense de son territoire, attitude de dominant, situation de peur ou de stress,… Autant de raisons pour lesquelles un chien peut mordre un autre chien, un étranger ou son maître.

Pourquoi mon chien devient agressif avec moi ?

Le simple fait qu’il puisse avoir mal quelque part, sous le coup de la douleur, il mord. L’apparition d’arthrose est souvent un bon exemple. Une surdité naissante peu également expliquer ces menaces. Un dérèglement de sa thyroïde peut engendrer de l’agressivité, un peu comme chez l’humain.

Pourquoi les chiens nous attaquent ?

L’agression territoriale : le chien défend son territoire. Ce phénomène se produit lorsque le chien se considère comme le dominant dans la famille. L’agression hiérarchique : les menaces et les morsures sont orientées vers les membres de la famille mais le chien peut être amical envers les étrangers.

Quels sont les chiens qui mordent le plus ?

Dans la liste des chiens qui mordent le plus, il ya les rottweilers, les bergers allemands et les pitbulls mais aussi des races réputées plus dociles comme les labradors, les jack russel ou les …

Vous trouvez que l’article  » Comment rendre son chien méchant pdf » est intéressant ?

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir visualiser le contenu de la page. Pour un site indépendant avec du contenu gratuit, c’est une question de vie ou de mort d’avoir de la publicité. Merci de votre compréhension! Merci